06 14 73 43 65

Respiration

Les respirations

Toutes les formes de respirations sont utiles : ventrales – abdominales, complètes, thoraciques , claviculaires… Nous devrions les pratiquer toutes consciemment.

La respiration abdominale

La « respiration abdominale » par son terme peut porter à confusion. Elle est appelée ainsi parce qu’elle donne l’impression que l’air s’emmagasine dans le ventre. C’est une impression ! Car l’air gonfle la totalité des poumons et repousse les organes viscères vers le bas d’où l’impression que l’air est allé dans l’abdomen.

La respiration abdominale est bonne pour les trois raisons suivantes :

  • C’est la plus complète : quand l’air arrive en bas des poumons, il est partout ! Il faut pourtant le vouloir pour qu’il y aille ; par contre, les fumées lourdes et les microbes descendent naturellement et y stagnent . Cette respiration complète permet de remettre en suspension tous les résidus et ainsi les évacuer : il n’est alors pas surprenant de tousser.
  • De plus, les organes-viscères sont massés au rythme de la respiration : « pression » à l’inspiration et « détente » à l’expiration : un shiatsu naturel ! ( Tous les organes aiment, le foie plus particulièrement encore).
  • C’est la respiration du Bouddha, devenue la respiration anti-stress à la mode. C’est aussi la respiration du bébé qui dort.

Post It

Le dessin ci-dessous évoque la confusion possible entre le ressenti et la réalité… C’est tellement automatique de respirer « qu’on ne se sent pas ». Souvent convaincus, on affirme faire alors qu’on fait le contraire. Suite à un vécu frappant et représentatif du comportement décrit ci-dessus, mon ami a croqué une de mes élèves en cours. Elle m’affirmait prendre une respiration abdominale alors qu’elle la prenait claviculaire en toute bonne foi. Elle est partie au troisième cours en claquant la porte ! C’est doublement intéressant lorsqu’on sait que la zone claviculaire-Poumon est en rapport étroit avec les émotions…M.T.C.

Post It

 » Oh ! à qui le dites-vous mon cher ! la respiration abdominale ça change la vie ! « 

Et ne dites pas non plus, je sens mon diaphragme car on ne peut pas le sentir !

Pour ceux qui soufflent dans un instrument

… et selon les individus : le rapport naturel entre le temps d’inspiration et celui d’expiration est en moyenne de 1/3 – 2/3 . Pour ceux-là, il est constamment modifié en fonction de la longueur de la phrase musicale à jouer. Le volume d’air est pris en une fraction de seconde, l’apnée peut durer jusqu’à 60 secondes. Pas d’apnée expiratoire * pour les musiciens. En séance de Shiatsu, il est très agréable pour le donneur comme pour le receveur d’être dans le même rythme respiratoire. Ce qui se fait naturellement lorsque dans nos pressions nous allons avec le receveur au bout de son expiration. Unirythme.

Il est indispensable de vider jusqu’au bout au risque de s’étouffer. L’instinct pousse souvent l’instrumentiste à reprendre de l’air alors qu’il ne lui manque que de l’oxygène : il faut gérer le volume d’air indépendamment du taux de O²… Pour le receveur qui n’a pas encore pratiqué la respiration et qui est tendu, il est toujours difficile de vider l’air jusqu’au bout, (se laisser se dégonfler) Différentes peurs sont souvent présentes, celle de ne pas pouvoir reprendre d’air assez tôt, celle de voir quelques douleurs apparaitre ‘ surtout pour les hypocondriaques) Quelquefois c’est simplement la présence de la main du Donneur qui crée une tension inutile.

Pour les musiciens un autre phénomène se produit en cas de trac : un manque d’air ou une sur-ventilation-haute modifie l’acidité du sang. Le cerveau s’inquiète et provoque : tête qui tourne ou évanouissement.

Chez les ‘‘ traqueurs ’’, le poumon (émotions) appelle souvent l’énergie de la Vessie au secours ! – ( C’est la relation midi-minuit de la M.T.C. ) Conséquences ? Ils vont 3 à 4 fois aux toilettes avant le début du concert. Le trac se lit aussi sur le visage. Le trac ramène le sang et l’énergie dans l’abdomen : le teint est pâle. La cage thoracique contractée ne respire plus, l’énergie ne circule plus… Conséquences : Le Maître-coeur s’affole, le Rein prend peur, le Foie perd son caractère décisionnaire, ne nourrit plus les muscles. Le tremblement apparaît.

Le trac, l’asthme et bien d’autres gènes peuvent tout à fait régresser par la pratique d’un instrument à vent, du Shiatsu et d’une bonne respiration.

Pour tous ceux qui ne soufflent pas dans un instrument :

De la respiration abdominale à la respiration claviculaire

Lorsque nous naissons dans de bonnes conditions et pendant notre sommeil de bébé nous avons une respiration en harmonie avec notre corps et disons-le : abdominale !

Ça ne va pas durer ! Dès nos premières peurs, contrariétés, mécontentements, colères de nourrisson, nous crions et nous essayons de faire sortir par le haut ce qui ne peut pas sortir par le bas.

  • Les émotions montent au niveau claviculaire.
  • Les cris et la respiration aussi.
  • La voix devient criarde.

Ce mécanisme va nous suivre toute notre vie dans de multiples circonstances.

On comprend mieux pourquoi la médecine chinoise reconnait le Poumon comme le gérant des émotions !

La respiration claviculaire n’est pas inutile mais elle est souvent décrite ou suggérée pour induire d’autres attitudes ou émotions. « Fort ! Puissant ! Épaules carrées, Taille mince ! ».

Or les côtes en haut sont petites, ne s’ouvrent pas beaucoup et ne permettent pas de prendre un grand volume d’air. Une autre contradiction apparait : la respiration ventrale semble bridée par la ceinture alors que les 11ème et 12ème côtes non attachées au sternum permettent d’accroitre de manière importante le volume d’air (base de la pyramide).

Respiration anti-stress. Le stress joue le rôle de la ceinture trop serrée. Prenez donc le temps de ressentir vos côtes flottantes et de diriger votre concentration sur cette zone.

Dessin de UFF

Respirer un besoin vital

La totalité du volume possible des poumons est d’environ 6 litres. Lorsque nous respirons peu (un ½ litre suffit) : l’air qui arrive au niveau des bronches reste là. La partie résiduelle rejoint le bas des poumons et y stagne.

Fumeurs si vous ne pouvez pas arrêter de fumer, faites travailler votre respiration abdominale pour donner plus de vie et de résistance au bas de vos poumons

Vous qui restez assis trop longtemps : vérifiez régulièrement que vos reins ne s’arrondissent pas, que votre abdomen ne s’écrase pas et bloque votre respiration… Prenez le temps de respirer !

Comment retrouver la respiration abdominale ?

Retrouvez votre respiration de bébé heureux. Allongez-vous sur le dos, fermez les yeux, laisser passer quelques minutes : votre respiration va revenir. Si après quelques essais vous n’y arrivez pas seul, demandez à quelqu’un de mettre une main sur votre plexus solaire. Attendez de bien la ressentir pour la pratiquer debout et à tout moment.

指 圧

Arrêtons de nous empêcher de respirer pour être sûr de ne pas
vivre avant de mourir